De la fumée dans l air: comment les feux d artifice affectent la qualité de l air Teach article

Traduit par Caroline Neuberg, Luc et Marie Francoise Choux. Saviez-vous que les feux d'artifice causent une pollution d'air mesurable? Tim Harrison et Dudley Shallcross de l'Université de Bristol, Royaume-Uni, expliquent comment enquêter sur les polluants atmosphériques dans une classe.

Chikugo rivière feux d’artifice
du festival à Kurume,
Fukuoka, au Japon, 5 Août
2011

Image reproduite avec
l’aimable autorisation de
Kurume-Shimin; source de
l’image: Wikimedia Commons

Que ce soit au Nouvel An, à la nuit de Guy Fawkes ou Diwali, la plupart d’entre nous avons assisté à un feu d’artifice – et nous rappelons les explosions et les douches de lumière colorée. Mais qu’en est-il de la fumée sulfureuse? Les scientifiques atmosphériques ont démontré que les feux d’artifice laissent leur marque sur la qualité de l’air pendant un certain temps après que les détonations et les éclats colorés se soient écoulés.

Après la Guy Fawkes Night annuelle au Royaume-Uni, des niveaux très élevés de particules (fumée ou suie) produites par la combustion des artifices de divertissement, ainsi que des niveaux élevés d’ions métalliques tels que le magnésium qui proviennent des feux d’artifice eux-mêmes, ont été trouvés. Les feux d’artifice ont également été associés à des niveaux élevés d’autres molécules telles que le dioxide d’azote (NO2) et dioxide de soufre (SO2). Ces observations ont été faites pendant et après un festival de Diwali dans Hisar City, Inde, en Novembre 1999 ; à Mayence, en Allemagne, lors des célébrations du Nouvel An en 2004/2005; au cours de la Fête des Lanternes à Pékin, en Chine, en 2006 ; et à Milan, Italie, la nuit après que l’Italie a remporté la Coupe du monde de football en 2006 (Drewnick et al., 2006; Ravindra et al. 2003; Vecchi et al., 2008; Wang et al., 2007).

Étude : qualité de l’air à l’école

Un coucher de soleil
magnifique sur Mumbai, en
Inde, causée par les matières
particulaires dans l’air

Image reproduite avec
l’aimable autorisation de
Bm1996; source de l’image:
Wikimedia Commons

Avec vos élèves, vous pouvez aussi analyser l’effet des feux d’artifice sur la qualité de l’air. Nous avons travaillé avec des élèves du secondaire au Royaume-Uni pour étudier l’impact de la Guy Fawkes Night sur la qualité de l’air (voir les remerciements). Le projet a été une introduction à l’utilisation des bases de données de qualité de l’air – qui contiennent des mesures d’un large éventail de polluants, un trésor de données pour une utilisation dans les écoles – mais aussi une chance pour mener à bien certaines recherches réelles à l’école.

La qualité de l’air peut être liée à de nombreuses matières scolaires. La chimie et la physique des feux d’artifice impliquent un certain nombre de sujets intéressants, tels que la combustion, le son, la lumière et les polluants qu’ils peuvent libérer. Elle peut également constituer la base d’une discussion plus approfondie sur la nature de la pollution de l’air, ce qui la provoque, et les effets tels que les pluies acides et le changement climatique. Ces derniers sont sujets abordés dans les leçons de biologie, de santé et de géographie. L’analyse des données a un potentiel énorme pour animer les cours de mathématiques et d’informatique.

Les informations sur les principaux polluants causés par des feux d’artifice, ainsi que les détails de la chimie des feux d’artifice, peuvent être téléchargées à partir du site web Science in Schoolw1. De plus amples détails sur les causes plus générales de la pollution atmosphérique peuvent être téléchargés à partir du site web UK-AIRw2.

Bases de données

Feux d’artifice à la fête
Nagaoka, au Japon

Image reproduite avec
l’aimable autorisation de
Kropsoq; source de l’image:
Wikimedia Commons

Vous aurez besoin d’utiliser une base de données disponible au public sur la qualité de l’air qui fournit au moins des mesures quotidiennes de l’endroit où vous êtes intéressé à l’étude. Les archives de la qualité de l’air au Royaume-Uniw2 contiennent les données horaires pour une gamme d’espèces chimiques, les polluants primaires (émis directement), y compris NO, NO2, CO et le SO2, les hydrocarbures et les matières particulaires, et des polluants secondaires (formés à partir de polluants primaires), comme l’ozone. Les données sont recueillies à partir de 186 sites à travers le Royaume-Uni allant de moniteurs situés au bord de la route à ceux dans les régions éloignées pour mesurer les niveaux de fond. Certains sites sont opérationnels depuis le milieu des années 1970, offrant un incroyable record de données. Les auteurs sont désireux de travailler avec des groupes d’étudiants qui souhaitent interpréter les aspects de la qualité de l’air au Royaume-Uni.

Pour Malte, il y a la base de données des autorités et de l’Environnement de Malte et de la planificationw3 qui contient des données sur le CO, NO, NO2 et O3.

Si vous souhaitez analyser les données provenant d’un autre pays européen, vous trouverez AirBasew4, la base de données de la qualité de l’air maintenu par l’Agence européenne pour l’environnement, une ressource utile, car elle contient des mesures pour la plupart des pays européens. Notez, cependant, que les fichiers sont volumineux et peuvent donc prendre un certain temps à télécharger, et sont aussi moins simples à comprendre que l’ensemble des données du Royaume-Uni et de Malte.

Nos résultats

Feux d’artifice du Nouvel An,
2010/2011, à Prague,
République Tchèque

Image reproduite avec
l’aimable autorisation de Karelj;
source de l’image: Wikimedia
Commons

Nous avons analysé les niveaux des matières particulaires (PM) sur tous les sites où ils sont mesurés au Royaume-Uni autour de Guy Fawkes Night en 2009. PM est constitué de particules solides ou liquides en suspension dans un gaz. Elles sont classées selon la taille en PM10 (diamètre 10 µm ou moins), PM2.5 (2.5 µm ou moins), PM1 (1 µm ou moins) et ultrafines (0.1 µm ou moins). La combustion des feux d’artifices produit une gamme de tailles de particules, mais principalement des particules plus petites (par exemple PM2.5) de suie, tandis que des feux de camps (ou de joies) peuvent former des particules plus grosses. PM est également produit par l’industrie de la construction, et il existe des sources naturelles comme le pollen, le sel de mer et le sol transporté par le vent. Des niveaux accrus de particules dans l’air sont liés à des maladies cardio-vasculaires et respiratoires; les plus petites particules sont particulièrement malsaines, car elles peuvent pénétrer plus profondément dans le système respiratoire. PM a également un effet significatif sur le climat: les particules de suie réchauffent le climat, alors que les éléments reflétants ont tendance à refroidir.

A titre d’exemple (Figure 1), nous montrons PM2.5 et PM10 au niveau du centre de Reading, une ville universitaire dans le sud du Royaume-Uni. Bien que Guy Fawkes Night soit en fait le 5 Novembre, elle est souvent célébrée le week-end le plus proche. Ces données du 5-9 Novembre 2009 montrent que les niveaux de particules ont atteint un sommet dans la soirée du 7 Novembre (un samedi). En comparant ces données à la moyenne de l’ensemble de l’année 2009, nous avons constaté que les niveaux de ce samedi ont été élevés par un facteur pouvant aller jusqu’à sept (voir Figure 1).

Figure 1: les niveaux de PM10 et PM2.5 du centre-ville de Reading, au Royaume-Uni: les niveaux, le 7 Novembre 2009, et les niveaux moyens de 2009.
Bleu: PM2.5 le 7 Novembre 2009; rouge: PM10 le 7 Novembre 2009; vert: PM2.5 moyenne pour l’année 2009, le pourpre: moyenne de PM10 pour 2009
.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir
Image reproduite avec l’aimable autorisation de Tim Harrison et Dudley Shallcross

Parce que toutes les particules PM2.5 mesurées avec un diamètre de 2,5 microns ou moins et les niveaux de PM10 et PM2.5 sont pratiquement les mêmes, la plupart des particules produites étaient de petite taille – et particulièrement mauvaise pour le système respiratoire. Il est très difficile de fixer des niveaux de sécurité pour l’exposition aux particules, mais à l’heure actuelle la limite pour les PM10 en Europe est une concentration annuelle de 40 μg/m3, et une concentration journalière de 50 μg/m3, qui ne doit pas être dépassée plus de 35 fois par année civile (donc appelé le seuil de dépassement). La moyenne de la nuit du 7 Novembre a été de 34,7 μg/m3, ce qui est inférieur au seuil de dépassement, mais beaucoup plus élevé que la moyenne de 2009 annuelle. Sur d’autres sites au Royaume-Uni, nous avons trouvé le seuil de dépassement de PM10 dépassé ce jour-là.

Un photomontage de huit
images de feux d’artifice à
partir d’un Guy Fawkes Night,
Roundwood Park à
Harlesden, Londres,
Royaume-Uni

Image reproduite avec
l’aimable autorisation de Billy
Hicks; source de l’image:
Wikimedia Commons

Enquêtes

Ces bases de données offrent une richesse de questions possibles à prendre en considération à l’école, avec des exemples en aucune manière limitée à feu d’artifice dérivé de la pollution. Par exemple:

  • Produire un graphe des niveaux de plusieurs polluants différents avant, pendant et après un événement feu d’artifice (par exemple le Nouvel An). Quels sont les polluants générant le premier pic? Qui prennent plus de temps à former un pic? Les niveaux de tous les polluants mesurés sont ils touchés? Pourquoi / pourquoi pas?
  • En utilisant les données provenant de différents sites surveillés dans la base de données, de comparer les niveaux de polluants spécifiques (monoxyde de carbone, par exemple) entre les villes et les campagnes. Quelles explications pouvez-vous trouver pour ce que vous observez?
  • Quelles sont les différences dans les niveaux d’ozone à partir de différents endroits et à différents moments de la journée?
  • En Europe, le vent dominant est de l’ouest. Pouvez-vous détecter toute tendance de la qualité de l’air d’est en ouest?

Remerciements

Les auteurs tiennent à remercier l’aide des enseignants et des étudiants suivants qui ont participé à leur qualité de l’air au Royaume-Uni étude: Dr Oznur Kemal (enseignant), Sophie Danby, Marta Tondera, Kelly Lam Ho, Candice Chan Ting Yan, Boni Chau Bo, Jenny Chow Kar Yee, Christine Fong Chi, Sophie Hawkins, Charlotte Hooper, Annabelle Fricker, Siobhan Stewart et Emma Tremewan, à partir Leweston école Dorset; Naomi Shallcross, Beth Shallcross et Esther Shallcross de Gordano School, Portishead, John Jones (enseignant), Beth Bois Jones et Cat de Cheltenham College, Cheltenham.

Download

Download this article as a PDF

References

  • Drewnick F et al. (2006) Measurement of fine particulate and gas-phase species during the New Year’s fireworks 2005 in Mainz, Germany. Atmospheric Environment 40: 4316-4327. doi: 10.1016/j.atmosenv.2006.03.040
  • Ravindra K, Mor S, Kaushik CP (2003) Short-term variation in air quality associated with firework events: a case study. Journal of Environmental Monitoring 5: 260-264. doi: 10.1039/B211943A
  • Vecchi R, et al. (2008) The impact of fireworks on airborne particles. Atmospheric Environment 42: 1121-1132. doi: 10.1016/j.atmosenv.2007.10.047
  • Wang Y, et al. (2007). The air pollution caused by the burning of fireworks during the lantern festival in Beijing. Atmospheric Environment 41: 417-431. doi: 10.1016/j.atmosenv.2006.07.043

Web References

Resources

  • Russell MS (2000) The Chemistry of Fireworks. Cambridge, UK: The Royal Society of Chemistry. ISBN 0-85404-598-8

Author(s)

Dudley Shallcross (d.e.shallcross@bristol.ac.uk) est professeur de chimie atmosphérique à l’Université de Bristol, Royaume-Uni. Tim Harrison (t.g.harrison@bristol.ac.uk) est le directeur de sensibilisation pour Bristol ChemLabS à l’Université de Bristol. Ils sont auteurs de fréquents articles pour Science in School.


Review

Tout ce qui brille n’est certainement pas or. La pratique populaire de faire des feux d’artifice spectaculaires, à la suite d’une victoire de football ou comme un festival à part entière, réparties sur plusieurs nuits, peut en fait, contribuer à la pollution de l’air. Cet article fournit des références et des idées pour les enseignants permettant d’aborder le sujet de la pollution de l’air en utilisant des occasions particulières où des niveaux élevés de polluants gazeux et particulaires sont expulsés dans l’air pendant les feux d’artifice. Les étudiants en sciences ont la possibilité de s’exposer à des enquêtes scientifiques plutôt que de confiner leurs expériences au laboratoire ; ils sont immergés dans la communauté scientifique, et travaillent à rendre notre environnement un meilleur endroit de vie.

L’article pourrait être utilisé, de plusieurs façons, dans les matières scientifiques: par exemple, en chimie (propriétés et les réactions des composés métalliques, combustion, la stabilité des composés, des agents oxydants), en physique (propulsion, la lumière et le son), ou en biologie ou les leçons sur la santé (les effets de la pollution sur les maladies respiratoires, en particulier l’asthme). Il pourrait également être utilisé de façon interdisciplinaire à considérer le réchauffement climatique.

Si l’école peut emprunter l’équipement nécessaire – par exemple, d’une université – les élèves pourraient même prendre leurs propres mesures de qualité de l’air, ce qui les exposerait à l’analyse technique de l’air, l’enregistrement des données et la manipulation, la comparaison des données et des erreurs d’analyse. Ils pourraient alors peut-être présenter leurs conclusions à l’autorité locale, connaissant eux-mêmes comment des résultats fiables de recherches scientifiques peuvent être utilisés pour faire pression sur les décideurs politiques et potentiellement apporter des améliorations.


Angela Charles, Malte




License

CC-BY-NC-SA